Le palais de la réunification à Hô-Chi-Minh Ville et son architecture

Un lieu d'Histoire (avril 1975)

Un lieu d’Histoire (avril 1975)

A l’occasion du 97ème anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, la classe de Première ES/L du Lycée Français International Marguerite Duras a eu le privilège de participer à cette journée de commémoration.

Suite à la réception organisée par le Consulat Général de France, la classe a pu visiter le Palais de la Réunification (Dinh Thông Nhât, en vietnamien) de Hô-Chi-Minh Ville. Au Vietnam, ce bâtiment est très important pour son histoire mais également pour son architecture.

Le premier palais a été construit entre 1868 et 1873 par les colons français pour le Gouverneur général de l’Indochine et portait le nom de palais Norodom. À l’époque coloniale, il domine les axes de pouvoirs : palais de justice, cathédrale, forteresse et jardin botanique.

A partir de juillet 1954, après la défaite de l’armée française à la bataille de Dien Bien Phu, les Accords de Genève mettent fin à la guerre d’Indochine et prévoient le retrait des troupes françaises ainsi que la séparation du Vietnam en deux États : la République du Vietnam au Sud et la République démocratique du Viêt Nam au Nord (dirigé par Hô Chi Minh). La France délègue alors son pouvoir au nouveau président Ngô Dinh Diêm qui utilisera ce palais comme bâtiment présidentiel et le rebaptisa palais de l’Indépendance en 1955.

Le 27 février 1962, le Palais Présidentiel est bombardé par deux avions de chasse de l’Armée de l’Air du Sud Vietnamienne dont le but était d’assassiner le président Ngô Dinh Diêm. Suite à cet attentat, le palais fut très endommagé et le président le fit raser pour reconstruire un nouvel édifice qui est l’œuvre de l’architecte Ngô Viết Thụ, titulaire du Prix de Rome en 1955. En 1966, la construction du nouveau palais se termine et devient le siège du gouvernement de la République du Vietnam représenté par Nguyên Van Thiêu arrivé au pouvoir en 1967, quatre ans après l’assassinat de l’ancien président Ngô Dinh Diêm en 1963. Ngô Viết Thụ a su allier l’architecture moderne avec le style architectural d’Orient dans la conception et l’aménagement du palais (resté tel quel aujourd’hui).

Le bâtiment reste très aéré et ouvert et comporte :

  • Deux étages principaux dans lesquelles nous retrouvons plusieurs salles telles que la salle du conseil de sécurité nationale (lieu de réunion du Président avec ses généraux et les conseillers américains), la salle de cérémonie (des réceptions de près de 500 personnes y étaient organisées lors de la présentation des nouveaux cabinets), la salle de réunion du président et du Conseil des cabinets, la salle des quatre directions (salle des « quatre points cardinaux paisibles »), le salon des ambassadeurs (les ambassadeurs venaient présenter leurs lettres de créance), les salles de divertissements (salle de projection, bibliothèque,…) ; les bureaux du président et du vice-président s’y trouvent aussi.
  • Un bunker au sous-sol, endroit où se réfugiait le président lors des attaques mais aussi où se trouvait le lieu où l’on recevait les messages cryptés, la salle de guerre du président (salle des événements importants) et la salle des commandements (lieu très protégé où l’on réunissait toutes les informations militaires.
  •  Un héliport.

Le 30 avril 1975 est la date marquant la fin de la guerre du Vietnam ainsi que la réunification officielle du Vietnam sous le régime communiste.

PETRET Jessy,  1ère ES (texte et photographies)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *