La Bokator, l’art martial retrouvé des Khmers

Le Bokator est un art martial d’origine khmère qui remonte au III siècle environ. Bokator vient du Khmer « Lbokatao » : “bot” signifie “cogner”, “a” signifie “le” et “tor” signifie “lion”.

BokatorOn retrouve des scènes de combat du Bokator sur les bas-reliefs des temples angkoriens. Cet art martial ancestral est utilisé pour combattre des adversaires qui sont armés de lance et d’épée. Il a été fondé par plusieurs maîtres d’arme : Lok Kru Sakikori ou Sathékori, Lok Kru Yaksakri (maître de lance, épée et bâton) et Lok Kru Kamakyut Parat (maitre de 2 épées courtes). Le Bokator a failli disparaître à deux reprises : la première fois après la chute d’Angkor et la seconde durant le génocide Khmer rouge.

La renaissance du Bokator doit tout au grand Maître Sam Kim Sean, Krama d’Or et fondateur de la Fédération de Bokator. Après son exil aux Etats-Unis à la fin des années 70, il revient dans son pays natal en 2001, avec la ferme intention de faire revivre l’art martial sacré. Il se met donc à la recherche des maîtres survivants au Cambodge et reconstitue avec eux l’ensemble des techniques qui peuvent aujourd’hui être enseignées aux élèves.

Le Bokator met en avant les principes d’autodiscipline et de respect, il inclut également des techniques de respiration, de méditation, de médecine naturelle et enseigne à l’élève les moyens de se protéger physiquement contre les assauts d’un tiers, mais il cherche aussi à développer la détermination, l’estime de soi, ainsi que le goût de la culture et de l’histoire khmères. Le Bokator comprend plus de 10 000 techniques de combat.

ClubLe Bokator est enseigné sous deux approches : l’approche sportive (techniques de combat “angkorian warrior” applicables en MMA free-fight) et l’approche martiale (esprit, culture et techniques applicables en self défense contre un ou plusieurs adversaires).

Le Bokator ne se limite pas au Cambodge. Il y a en France une équipe nationale de Bokator, et il y a trois maîtres certifiés par la fédération Européenne de Bokator : Jean-Philippe, Antonio Cossu et Jérome Saujot. Ils ont été formés par Benjamin Sebrie dont le nom d’instructeur est Lok Kru Sarin, expert du Bokator qui est encore appelé « l’ambassadeur du Bokator ».

Le Bokator est considéré comme l’origine de tous les arts martiaux et comme le MMA (multi martial arts) connaît une popularité grandissante, cela contribue aussi à celle du Bokator. Il s’agit donc d’une belle renaissance !

Léo Ruet, Chakrit Chenet, David Meas, Seconde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *