Le Wat Phnom

HorlogeLe Wat Phnom Daun Penh est un temple Khmer bouddhique situé à Phnom Penh. On l’appelle aujourd’hui « Wat Phnom », ce qui veut dire « Pagode de la colline ». Ce temple a été créé en 1373. La légende raconte que celui-ci aurait été construit pendant le règne du roi Ponhea Yat.

Dauhn Penh, aussi appelée grand-mère Penh, serait à l’origine de l’édification du temple. Cette riche veuve habitait près d’une rivière. Un jour, à cause des pluies, le fleuve sortit de son lit. C’est là qu’elle aperçut un grand arbre « koki » qui flottait sur l’eau. Elle voulait récupérer ce bois précieux et elle appela donc ses voisins pour qu’ils l’aident à sortir le tronc de l’eau. Ils furent surpris de découvrir qu’il contenait en fait quatre statues de Bouddha en bronze et une en pierre. Daun Penh aurait alors fait élever la colline du Wat Phnom et fait construire un sanctuaire pour abriter leurs trouvailles. Elle fit construire le temple avec le bois du tronc de l’arbre qu’elle avait trouvé dans l’eau. Cette colline aurait alors été nommée « Phnom Penh », ce qui veut dire «La colline de Penh ». C’est cette bute qui aurait donné, ensuite, son nom à la ville. Ce n’est effectivement que plus tard que la ville a été fondée, autour du Wat Phnom. Il fallut attendre 1866, sous Norodom Ier pour que la ville devienne la capitale économique et politique du Cambodge.

Tombe cachée par les feuillagesLe Wat Phnom est localisé au nord du centre de Phnom Penh. Il est dans l’axe du boulevard Norodom, sur un grand rond point boisé. Le temple est juché sur la seule colline de la ville. La colline sur laquelle il est positionné mesure 27 mètres de hauteur. Le terrain recouvre aujourd’hui presque cinq hectares. Le temple a connu plusieurs rénovations depuis sa création, dont une en 1926 et une en 1998. Le bâtiment principal que l’on peut trouver aujourd’hui a été édifié en 1926 seulement. La Wat Phnom, en plus d’être la plus ancienne pagode de Phnom Penh, fait partie des plus grandes. Le sanctuaire majeur est décoré de peintures murales et de statues de Bouddha. Parmi elles, on peut observer celles que Madame Penh a trouvé, qui sont à l’origine du Wat Phnom. Les revêtements représentent la vie de Rāma, un dieu Bouddhiste. Dans ce bâtiment principal, on peut également voir de nombreuses offrandes. Pour monter jusqu’au sanctuaire, il faut suivre un escalier encadré par des nâgas. On trouve aussi de nombreux petits autels partout sur le terrain. L’un d’entre eux est consacré à Madame Penh. Certaines personnes l’ignorent mais sur le site on peut apercevoir la tombe d’un français. Il s’appelait Fourcros et il avait été jugé « indigne » par le Protectorat Français. On ne sait pas pourquoi il a été enterré ici, dans ce tombeau bleu. Aujourd’hui, sa tombe est cachée par des plantes et des feuillages, c’est pour cela que peu de gens la remarquent. Pourtant, elle est positionnée juste à côté de l’escalier d’accès principal, sur la gauche. Là-bas, se trouvent également les cendres du Roi Ponhea Yat dans un stūpa, il s’agit d’une structure architecturale bouddhique. On trouve aussi sur le terrain, une grande horloge qui donne l’heure.

Dans la religion du Bouddhisme, les temples ont une fonction très importante. Ce sont des lieux spirituels très respectés par les pratiquants. Le Bouddhisme a plusieurs Dieux mais aucun n’est « créateur ». Parmi les divinités de cette religion on peut citer Rāma, Vishnu, Brahmā et Bouddha. Les bouddhistes prient devant des statues de Bouddha pour rendre hommage à leur grand maître. Pour eux, Bouddha a acquis l’infinité et la perfection dans la sagesse. Le mot « Bodhi » est un terme très important dans cette religion. Il veut dire « sagesse » ou « intelligence », il s’agit de la connaissance parfaite. Le Wat Phnom sert donc à rendre hommages aux Dieux et à prier devant eux. Les khmers font donc des offrandes à leurs dieux. On peut trouver parmi ces dons, des bâtons d’encens, des fleurs, des fruits ou de l’argent.

Marchands ambulantsAujourd’hui, en plus d’avoir une fonction religieuse, le Wat Phnom est aussi un lieu extrêmement touristique. Pour accéder au sanctuaire principal, les étrangers doivent payer un dollar. Cela reste gratuit pour les Khmers. Il s’agit d’un endroit calme où l’on peut apprécier une promenade dans la nature, et c’est ce qui plaît aux touristes. Là-bas, des marchands ambulants vendent des boissons et des fruits. Jusqu’en novembre 2014 et pendant plus de 30 ans, les touristes pouvaient profiter d’une ballade à dos d’éléphant autour du Wat Phnom. L’animal s’appelait Sambo et il avait 54 ans lorsqu’il est parti à la campagne. Sur ce lieu, on peut aussi apercevoir des singes, il s’agit de macaques crabiers. De nombreux travaux et rénovations sont encore effectués autour du Wat Phnom.

Louise Hartereau, Pranita Sinn, Seconde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *