Les éoliennes de Tra Vinh

Cette année, en cours de technologie, nous avions comme projet la fabrication de deux mini-éoliennes. Ces éoliennes, une fois prêtes, seraient emmenées à quelques kilomètres de Tra Vinh, dans le Delta du Mékong, pour être installées dans des habitations non alimentées en électricité et permettraient de recharger des batteries. Un groupe de 11 élèves de troisièmes a participé à l’installation des éoliennes à Tra Vinh. Deux professeurs, Mme BURTZ-GILLE (physique-chimie) et M. NGO (technologie) les ont accompagnés.

1) Mise en place du projet

En classe de troisième, riche des compétences acquises dans les classes antérieures, l’élève doit mettre en œuvre la démarche technologique pour conduire un projet, proposer des solutions techniques et finaliser sa démarche par une réalisation collective. Notre choix de l’objet technique s’est porté sur l’éolienne intimement liée au thème du développement durable. La mise en place du projet a commencé en classe dès le début de l’année scolaire. Nous avons d’abord étudié le principe, le fonctionnement, les fonctions, les besoins et les solutions qu’apportaient les éoliennes, tout ceci en analysant l’impact environnemental et en respectant les contraintes liées au fonctionnement, à la durée de vie, à la sécurité, à l’esthétique et aux aspects économiques.

Une éolienne est une machine ou un dispositif destiné à convertir l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique de rotation, puis en énergie électrique. Un redresseur est ensuite utilisé pour transformer un courant alternatif en courant continu. Elle ne pollue pas, il n’y a aucun rejet de dioxyde de carbone, d’oxydes d’azote ou d’autres gaz polluants et favorise ainsi les énergies renouvelables. Elle n’a également aucun impact négatif sur l’environnement et sur les écosystèmes. Cependant, elle ne fonctionne que lorsqu’il y a du vent… Dans le cas contraire, elle ne peut permettre la production d’électricité. Les éoliennes sont le plus efficaces dans les régions ventées c’est à dire près des littoraux. L’éolienne a dans tous les cas une faible puissance et son coût est quelquefois élevé.

2) Réalisation des éoliennes

Une éolienne est composée de trois éléments principaux qui sont les pales, l’alternateur et le redresseur. Seul le redresseur ne sera pas fabriqué par les élèves cette année. M Ngo nous a répartis en 4 groupes puis distribué les tâches à réaliser.

La première consistait à fabriquer un alternateur. Celui-ci est constitué de deux parties : le rotor composé de la turbine, de l’axe et des aimants et le stator composé des bobines. La turbine fait tourner l’axe qui entraîne des aimants. C’est le mouvement créé par cette rotation effectuée par le rotor dans la bobine qui crée un courant électrique. Pendant que certains fabriquaient les bobines grâce à un embobineur (fabriqué également juste avant avec des planches et des baguettes) sur lequel il fallait enrouler du fil de cuivre en effectuant 1000 tours, d’autres plaçaient des aimants et les collaient sur un plateau.

1 photo 2

Une fois ce travail fini, il a fallu faire le système électrique. Des fils ont été soudés et des branchements ont été effectués sur le redresseur pour convertir le courant alternatif en continu, nécessaire au fonctionnement des batteries.

photo 3 photo 4

Les pales et l’arbre ont été achetés. Notre travail consistait à les recouvrir d’une couche de protection antirouille puis de les peindre. Nous avons ensuite installé une toile en aluminium que l’on a fixée avec des rivets.

photo 5 photo 6

Une fois tous ces travaux effectués, il fallait tester cette éolienne. Nous avons donc assemblé les parties de l’alternateur, puis les pales sur l’arbre et nous avons fait une simulation du montage de l’éolienne pour s’entraîner. Nous avons filmé toutes les étapes nécessaires au montage (vissages, positionnements, branchements…) pour ne rien oublier le jour J. Grâce à un multimètre, on a pu constater qu’un courant était bel et bien fourni par l’éolienne.

Tous les élèves des deux classes de troisième se sont fortement investis dans le projet. Quelques élèves ont finalisé les derniers détails avec M Ngo et ont emballé tous les composants la veille du départ. Le travail commencé en septembre s’est terminé en avril.

3) Présentation de Tra Vinh

1000000000000258000001733A18B4DC.resizedTra Vinh est une petite province du sud du Vietnam à 200 km de Ho Chi Minh. Elle compte environ 109 000 habitants.

Le village de Tra Vinh, situé sur le bras inférieur du Mékong, est un lieu où certains foyers sont privés d’électricité à cause de la pauvreté.

Certaines familles, au mode de vie très modeste, ont à peine les moyens de s’acheter une batterie pour l’électricité et encore plus de difficultés pour la recharger. Très isolées, elles doivent se déplacer en bateaux pour rejoindre le village.

Pourtant, l’électricité est une source d’énergie essentielle à notre époque pour travailler ou vivre confortablement dans son foyer.

Notre mission était d’installer nos éoliennes dans deux de ces foyers pour leur fournir de l’énergie nécessaire au rechargement de leur batterie.

4) Déroulement du voyage

Le voyage s’est fait au mois d’avril et a duré trois jours. Nous sommes partis vers 6h30 de Ho Chi Minh et le trajet a duré 4h30.

Durant notre voyage, nous avons visité plusieurs lieux :

photo 7Une briqueterie artisanale où nous avons rencontré le propriétaire qui nous a montré comment on fabrique une brique, depuis la matière première (le sable) jusqu’à sa réalisation finale, les différents types de briques, les coûts et le temps nécessaire à sa fabrication.

Une fabrique de vermicelles où nous avons été guidés par une damephoto 8 qui nous a montré comment sa famille produit, depuis des générations, des vermicelles qui seront ensuite transportés en ville pour être dégustés dans les plats que nous mangeons très souvent.

photo 9Un site religieux où nous avons visité une pagode au milieu d’un lac et un temple bouddhiste. Mr Ngo s’est improvisé interprète pour nous expliquer toutes les étapes de la vie des moines, leurs traditions et les règles qu’ils doivent suivre en traduisant pour nous les paroles du moine “principal”. photo 9

Cette première journée nous a permis de découvrir la ville et de rencontrer des personnes qui vivent là. C‘est seulement le lendemain que notre mission a réellement commencé.

photo 10Nous sommes allés à la mairie récupérer des gilets de sauvetages, puis au port pour embarquer sur un bateau afin de naviguer jusqu’à notre destination. Nous avons pris du temps à charger tout le matériel sur notre embarcation. Le voyage sur la rivière a duré environ 45 minutes. Il a été très agréable car nous pouvions admirer le paysage malgré la chaleur du soleil, les branches et les multiples insectes de la forêt. Nous avons pendant le trajet préparé les boîtes à outils et commencé à monter les alternateurs.

Quand nous sommes arrivés enfin à destination, nous nous sommes séparés en deux groupes pour installer une éolienne dans deux sites différents. Nous avons découvert au milieu des rizières, les lieux d’habitation des personnes que nous allions aider. Il y avait des cabanes en feuilles de palmier, reliées par un chemin étroit entre deux étangs.

Nous avons déchargé le matériel nécessaire avec nous pour accomplir notre mission. Les pieds de l’éolienne (l’arbre) avaient déjà été envoyés quelques jours auparavant.

photo 11 photo 12

Pendant toute la journée nous avons travaillé sur l’éolienne. Nous l’avons posée sur le socle, puis nous avons assemblé les différents éléments. Chacun aidait comme il pouvait. Nous avons rencontré des difficultés. Tout d’abord, l’alternateur ne tournait pas normalement, il y avait des frottements qui le ralentissaient aussi nous avons dû le démonter plusieurs fois. Nous étions très découragés et le problème n’a été résolu qu’à midi. Ensuite, les trous sur l’anneau prévus pour visser les pales ne correspondaient pas tout à fait avec les trous sur les pales, ils étaient décalés. Nous avons dû forcer un tout petit peu en bougeant légèrement les pales et le problème fut réglé. Nous avons passé plus de cinq heures à installer les éoliennes en plein soleil, ce qui rendait l’installation encore plus éprouvante.

photo 14 photo 16

En fin de journée, une des éoliennes a fonctionné correctement et la batterie appartenant aux habitants, a commencé à emmagasiner de l’énergie. Mais malgré tous nos efforts l’autre éolienne a moins bien fonctionné, l’énergie fournie est trop faible, l’alternateur n’est pas efficace.

photo 17Le dernier jour, nous avons visité une école primaire. Le directeur de l’école nous a accueillis très chaleureusement et nous a fait visiter l’école. Nous avons même assisté au cours de maths et de lecture, fait des jeux et lancé des défis aux élèves !

Nous avons sympathisé sans aucun problème avec le directeur de l’école et avec les élèves, aussi nous avons passé un moment très agréable dont nous nous souviendrons longtemps.

Avant de partir, nous avons offert des fournitures et des cadeaux, achetés le matin au marché, pour les enfants ayant des difficultés financières.

5) La maintenance…

Depuis notre départ, une des éoliennes ne fournissait pas assez d’énergie électrique. Un problème lié à la fabrication des bobines et à la fixation des plateaux des aimants persistait mais nous n’avions pas eu le temps d’y remédier.

M. Ngo est retourné fin juillet pour une nouvelle intervention. Malgré les fortes pluies mais grâce à l’aide de M. Ba (propriétaire de la maison où l’éolienne est implantée), il a transporté les plateaux et les outils chez un voisin qui possède l’électricité du réseau national. Après un perçage de précision, la fixation des plateaux fut parfaite. Le démontage et remontage des composants de l’éolienne aura duré environ trois heures trente. Les tests ont enfin montré que l’alternateur fournissait 17 Volts DC après le régulateur.

Un autre soucis est survenu sur la première éolienne. Chez M. Quao, lors du démontage des pales nécessaire par grand vent, une mauvaise manipulation a fait dessoudé une oreillette. M. Ngo s’est rendu de nouveau sur place début septembre. Il en a profité pour rendre visite à M Ba pour vérifier son éolienne. Elle fonctionne parfaitement et cinq autres familles proches n’ayant pas non plus de courant électrique du réseau en profitent désormais. Auparavant, ils rechargeaient leur batterie de 12V une fois par semaine, au prix de 5000 dong. Le fait de recharger leur batterie aujourd’hui grâce à l’éolienne leur évite un trajet en ville et leur permet surtout de limiter la pollution de l’environnement en utilisant une énergie renouvelable.

6) L’avis des élèves

« Notre voyage a permis l’installation de deux éoliennes. Ces familles peuvent aujourd’hui recharger les batteries qui permettent d’éclairer leur maison. Les enfants pourront faire leurs devoirs et toutes autres activités nocturnes. Nous espérons avoir aidé ces familles et amélioré leurs conditions de vie. C’est un geste de solidarité que nous avons réalisé pour aider ces gens en difficultés, et nous en sommes fiers. »

« Ce projet nous a ouvert les yeux, sur les inégalités qui existent dans le monde et sur la chance que nous avons d’avoir des maisons agréables et d’aller à l’école dans de bonnes conditions. Nous avons pris conscience que des personnes vivent dans des conditions très précaires et que chaque aide leur est précieuse. Nous savons que l’énergie électrique produite par nos éoliennes n’égalera jamais une simple prise, mais elles sont être très importantes pour ces personnes en grande difficulté. Pour continuer notre action, il faudrait renouveler le projet chaque année de telle sorte que l’aide touche le plus de personnes possibles. »

« Ce projet a permis d’aider les habitants de cette ville et ça nous fait plaisir d’aider. En plus, nous avons pu partager des choses avec eux, créer des liens amicaux. Ce voyage a été très significatif. Nous devrions faire plus de projets comme celui-ci dans les années à venir. »

« Sur place, nous nous sommes rendu compte des difficultés que rencontrent ces habitants. Nous avons rapidement pris conscience de l’importance de notre projet. Les habitants nous attendaient avec une grande impatience depuis que M. Ngo leur avait rendu visite. Nous avons tous été très satisfaits du travail fourni par l’ensemble des élèves de troisième tout au long de l’année. Nous encourageons les futurs élèves à poursuivre ce projet l’année prochaine et à produire de plus en plus d’éoliennes pour aider la population vietnamienne. Cette expérience nous enrichit également de connaissances techniques et teste notre résistance physique ! »

photo 18 photo 19

Enfin, nous tenons à remercier tous les élèves de troisième qui ont participé activement à la fabrication des éoliennes.

Les élèves de troisième du Lycée Français International Marguerite Duras D’Ho Chi Minh Ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *